Avertir le modérateur

21/04/2008

Raconter des histoires avec des images

d0a5f0bb9e459481fe51d77935584c7a.jpgEn discutant l'autre jour des évolutions du photojournalisme avec une étudiante canadienne, je constatais une fois encore que le point de départ de l'analyse est le prototype de l'image d'information, où à un événement ponctuel et bien identifié correspond son iconographie légitime et nécessaire. Mais si ce modèle fonctionne pour une catégorie bien particulière d'événements – du type 11 septembre – il représente en réalité l'exception plutôt que la règle. Il suffit de feuilleter n'importe quel journal, n'importe quel magazine, pour s'apercevoir que la majeure partie de son iconographie relève d'un autre modèle: celui de l'illustration, où le rapport à l'événement n'est pas dicté par la fonction informative de l'image, mais plutôt par ses fonctions décorative ou narrative.

Bel exemple ce matin avec la couv' de Libé. Pour illustrer le bilan jugé calamiteux d'un an de présidence, le quotidien a choisi une photographie en gros plan de Nicolas Sarkozy, à un moment où il n'était encore que candidat, lors d'un meeting le 24 avril 2007 à Rouen, où on l'aperçoit tendu par l'effort, le visage couvert de gouttes de sueur très apparentes.

Le choix d'une photographie datée d'il y a un an, presque jour pour jour, est un clin d'oeil habile à la thématique du bilan. Mais si elle décrit quelque chose de la situation présente pour un lecteur d'aujourd'hui, c'est bien par l'expression de difficulté qui semble marquer le visage du personnage, et qui prend tout son sens dans le contexte actuel, bien différent de celui de la campagne présidentielle.

Même ce gros plan, apparemment univoque, pourrait être utilisé dans un autre contexte pour signifier au contraire la valeur de l'effort, de l'engagement et du don de soi du président de la République. Si nous lisons dans ce visage la peine plutôt que l'action, c'est en réalité que nous sommes guidés par les multiples indications fournies par le titre (“Encore quatre ans”) et la légende (“plutôt un échec”), encore renforcées par un détourage du portrait sur fond noir, qui contribue à orienter la lecture.

Cette utilisation de l'image pour ses qualités narratives est le vrai ressort de l'illustration de presse moderne. Comme le répète Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l'image, une bonne photographie de reportage est “une photo qui raconte une histoire”. Encore faut-il ajouter qu'on peut faire dire ce qu'on veut à une image.

15/03/2008

L'un regarde, l'autre pas

e86da0aefde591f7221e43c3be8fe483.jpgJe note à tout hasard et sans enthousiasme les retombées vidéo produites par la visite officielle de Shimon Peres à Paris le 10 mars dernier. La première, signalée par Guy Birenbaum, montre Simone Veil passant devant Carla Bruni-Sarkozy sans la saluer. Devant le début de polémique, l'ancienne ministre sera contrainte de s'expliquer dans VSD: “Carla Bruni était en retrait. Je ne l'ai tout simplement pas vue”. Commentaire perfide sur Le Post: “Simone Veil l'a sans doute prise pour une hôtesse d'accueil ou une hôtesse tout court...”

La deuxième, aperçue hier sur le site de 20minutes.fr, est issue du même contexte, et montre Sarkozy ne pouvant s'empêcher de reluquer le décolleté avantageux du top model israélien Bar Rafaeli. Classe.

Dans les deux cas, la viralité semble moyenne. Je ne suis pas certain de l'interprétation de ces scories d'importance secondaire. Faut-il déplorer la surveillance que subit le couple présidentiel? Mais l'exercice relève bien d'une occasion publique officielle, censée produire des images. Dans les deux cas, il ne s'agit nullement d'images volées, mais bien de rushes d'équipes professionnelles. Leur diffusion appartient au registre de la blague plutôt qu'à l'attaque politique. Le succès de ces chutes relèverait donc du mécanisme classique du lapsus visuel. D'un autre côté, on ne peut pas ne pas remarquer l'effet que j'ai appelé "petit Poucet": la difficulté pour le couple Sarkozy de ne pas laisser derrière lui ces traces destinées à garnir les bêtisiers du futur (à comparer avec la maîtrise stylistique d'un Obama). A un moment où on nous annonce un changement radical dans le style présidentiel, nous pouvons constater que la métamorphose ne va pas être facile.

08:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sarkozy, video

09/03/2008

Après Miss France, la Première Dame rattrapée par ses photos

f402a9e622f8409e003caf4295cda2c8.jpgEpinglé par LCI et De Source Sure, un intéressant problème diplomatique: l'édition anglaise du magazine GQ du mois d'avril publie des photographies sexy datant de l'an dernier de celle qui est entre temps devenue "première dame de France".

Pour les anti-contextualistes, il s'agit d'un non-événement: Carla Bruni, ex top-model, avait bien le droit de faire des photos pour magazine de charme, sa plastique est d'ailleurs irréprochable, où est le problème, respectons la vie privée de M. et Mme Sarkozy, circulez, y'a rien à voir.

Pour les autres, il est clair que le masculin profite de l'occasion de la première visite officielle du couple présidentiel au Royaume-uni, du 26 au 28 mars, pour jouer d'un effet de contexte. Le titre de l'article: "Sarko's chargé d'affaire" ne laisse aucun doute à ce sujet. Montrer ces photos aujourd'hui modifie leur lecture. Tout comme les images de Valérie Bègue en petite tenue réapparues après son élection au titre de Miss France, les photos de Carla nue ne nous montrent plus seulement les apparences avantageuses d'un mannequin connu, mais celles de l'épouse de Nicolas Sarkozy.

Impossible d'enlever de l'image publiée aujourd'hui l'impression qu'elle produit de se glisser dans le lit du chef de l'Etat. Tel est bien l'effet recherché par le magazine, qui surfe sur la réception très négative, dans la presse anglaise, de la visite du président français, accusé de "supreme discourtesy" pour avoir décidé de réduire la durée de son séjour à Buckingham Palace.

Il y a mille façons de jouer d'une image. Pour ceux qui voudraient croire qu'une photographie n'est qu'un outil objectif de traduction du réel, l'exemple de cet usage retors vient au contraire confirmer la subtilité des effets de lecture produits par les jeux de contexte.

Face à cet affront délibéré, comment va réagir l'Elysée? Les services de la présidence ont jusqu'à présent feint d'ignorer les diverses scories laissées par la vie antérieure de l'artiste. Mais une telle publication, liée à un événement protocolaire, crée un précédent fâcheux. Sera-t-il possible de maintenir longtemps la fiction de l'indifférence face au succès public de la plastique de la Première Dame?

Illustration: photographies de Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin (2007), GQ, n° 226, avril 2008. 

02/03/2008

Informer est un métier

663eadd459b504cc333352b57d80c342.jpg“La photo marquera peut-être le quinquennat de Nicolas Sarkozy”, écrit le Figaro.fr dans son édition d'hier à propos de cette image de Rémy de la Mauvinière (AFP), exécutée au domicile de Nelson Mandela, qui a reçu la visite de Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni. Voilà en effet une bien belle image. Veux-tu jouer avec nous à la décrypter?

- Identifie le personnage assis, au milieu de l'image. Pourquoi est-il connu? Que représente-t-il pour toi?

- Qu'est-ce qui relie les trois personnages de la photo? Quel valeur évoque à ton avis ce geste? Ne faudrait-il pas que tous les gars du monde fassent de même?

- Reconnais-tu le personnage de gauche? Te souviens-tu de ses ennuis en début de semaine? Penses-tu qu'il puisse y avoir un lien entre ce qu'on lui a reproché et cette photo?

- Comment est habillée la jeune femme? Peut-on l'imaginer participant à un défilé de haute couture? Pourquoi?

- Dans quelle pièce de la maison nous trouvons-nous? Qui a donné à la jeune femme le livre qu'elle tient à la main? Explique pourquoi ces détails te font penser à Apostrophes de Bernard Pivot plutôt qu'au yacht de Bolloré.

- Le photographe était-il là par hasard? Pourquoi peut-on penser que les trois personnages sont au courant de sa présence? A ton avis, cette rencontre aurait-elle eu le même intérêt en l'absence d'image?

- Estimes-tu qu'un tel reportage renforce ta confiance en l'indépendance de la presse? Quel terme te semble le plus approprié pour le qualifier? Que penses-tu du photographe qui l'a réalisé?

25/02/2008

Le Parisien découvre la viralité

ca6a6aa6785f2592f42d06ac745d34cc.jpg

Fier de l'occasion de mettre en avant sa nouvelle plate-forme de diffusion de vidéos, le site du Parisien.fr avait mis en ligne samedi soir l'enregistrement de l'arrivée de Nicolas Sarkozy au salon de l'Agriculture avec son désormais célèbre "Casse toi, pauvre con!", dûment muni d'un bandeau "Le Parisien".

Mais le succès rencontré par cette vidéo, rapidement signalée par divers sites de presse (Le Monde, le JDD, 20 Minutes, etc.), a visiblement pris au dépourvu une rédaction peu habituée au buzz. Devant les difficultés de Kewego - la plate-forme choisie par le quotidien - pour faire face à l'afflux de demandes simultanées, occasionnant une diffusion hachée de la séquence, plusieurs dizaines d'internautes entreprenaient, dès samedi soir, d'en télécharger des copies sur Dailymotion puis sur Youtube.

Interloquée par l'existence de ces reproductions, alors qu'elle croyait disposer d'une interface qui l'interdisait ("Nos vidéos ne sont pas censées êtres blogables, grâce à un lecteur vidéo spécifique à notre site", selon Armelle Thoraval), la rédaction du Parisien demandait à Dailymotion le retrait des premières copies (ainsi qu'à Youtube, sans succès, pour cause de week-end). En vertu des règles de la propriété intellectuelle, la plate-forme française n'avait pas d'autre choix que de s'exécuter. Résultat: dès dimanche matin, des dizaines de nouvelles copies affluaient sur Dailymotion et Youtube, certaines issues de nouvelles reproductions à partir de l'original, sans le bandeau du quotidien. Le dimanche soir, la séquence était également recopiée à partir des extraits de JT de TF1 ou France 2. Les retraits de Dailymotion lui ont entretemps porté tort: agacés par les  coupures d'accès, la plupart des sites de presse, d'habitude fidèles à la plate-forme française, ont alors renvoyé à la version sur Youtube.

Le Parisien a perdu la bataille de la viralité: en voulant préserver son copyright, il a poussé les internautes à recourir à d'autres sources. La version désormais multicopiée sur Dailymotion ne porte plus le bandeau du quotidien. Dernier épisode du feuilleton: peu de temps après avoir passé le cap du million de consultations, ce matin à 9h50, la version orginale de la vidéo sur Kewego vient d'être retirée de la plate-forme (alors qu'elle est toujours accessible sur le site du Parisien). Une bonne occasion de publicité perdue - et la démonstration visible par tous que la rédaction a encore tout à apprendre du phénomène du buzz.

A sa décharge, la montée en consultation de la vidéo est la plus forte jamais observée pour une vidéo à caractère politique (plus importante que celle de la vidéo "Sarkozy G8", qui a battu depuis tous les records). Les caractéristiques virales de cette séquence sont inhabituelles, en raison de la multiplication très rapide des copies, mais aussi de l'apparition de remix musicaux - phénomène nouveau dans ce contexte - qui témoigne d'un passage d'un buzz passif à une viralité active. Le nombre et la dispersion des copies rendra plus difficile la mesure et le suivi d'une fréquentation qui s'annonce sans précédent.

23/02/2008

Le plus beau buzz du "style Sarkozy"

SalonAgriculture
 
Magnifique cas de viralité instantanée de la vidéo de la visite de Nicolas Sarkozy au salon de l'Agriculture, publiée à partir de 19h33 sur le site du Parisien.fr. Ci-dessus, une copie d'écran de la réponse à la requête "Sarkozy agriculture" à 23h sur Dailymotion: une rapidité de reproduction encore jamais vue, qui promet un buzz exceptionnel dans les jours qui viennent... 

 

23:25 Publié dans buzz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sarkozy, viralité, dailymotion

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu