Avertir le modérateur

21/04/2008

Raconter des histoires avec des images

d0a5f0bb9e459481fe51d77935584c7a.jpgEn discutant l'autre jour des évolutions du photojournalisme avec une étudiante canadienne, je constatais une fois encore que le point de départ de l'analyse est le prototype de l'image d'information, où à un événement ponctuel et bien identifié correspond son iconographie légitime et nécessaire. Mais si ce modèle fonctionne pour une catégorie bien particulière d'événements – du type 11 septembre – il représente en réalité l'exception plutôt que la règle. Il suffit de feuilleter n'importe quel journal, n'importe quel magazine, pour s'apercevoir que la majeure partie de son iconographie relève d'un autre modèle: celui de l'illustration, où le rapport à l'événement n'est pas dicté par la fonction informative de l'image, mais plutôt par ses fonctions décorative ou narrative.

Bel exemple ce matin avec la couv' de Libé. Pour illustrer le bilan jugé calamiteux d'un an de présidence, le quotidien a choisi une photographie en gros plan de Nicolas Sarkozy, à un moment où il n'était encore que candidat, lors d'un meeting le 24 avril 2007 à Rouen, où on l'aperçoit tendu par l'effort, le visage couvert de gouttes de sueur très apparentes.

Le choix d'une photographie datée d'il y a un an, presque jour pour jour, est un clin d'oeil habile à la thématique du bilan. Mais si elle décrit quelque chose de la situation présente pour un lecteur d'aujourd'hui, c'est bien par l'expression de difficulté qui semble marquer le visage du personnage, et qui prend tout son sens dans le contexte actuel, bien différent de celui de la campagne présidentielle.

Même ce gros plan, apparemment univoque, pourrait être utilisé dans un autre contexte pour signifier au contraire la valeur de l'effort, de l'engagement et du don de soi du président de la République. Si nous lisons dans ce visage la peine plutôt que l'action, c'est en réalité que nous sommes guidés par les multiples indications fournies par le titre (“Encore quatre ans”) et la légende (“plutôt un échec”), encore renforcées par un détourage du portrait sur fond noir, qui contribue à orienter la lecture.

Cette utilisation de l'image pour ses qualités narratives est le vrai ressort de l'illustration de presse moderne. Comme le répète Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l'image, une bonne photographie de reportage est “une photo qui raconte une histoire”. Encore faut-il ajouter qu'on peut faire dire ce qu'on veut à une image.

Commentaires

Belle démonstration. Cela explique pourquoi certains mohicans photographes "narratifs" refusent de travailler pour la presse : question d'amour propre (jadis, on aurait dit d'éthique).

Écrit par : Didier Roubinet | 22/04/2008

On ment par les mots. On ment par l'image. Et ensuite on se demande pourquoi la presse quotidienne nationale perd des lecteurs.

Écrit par : liomussy | 22/04/2008

Bonjour,
belle analyse.
c'est aussi pour cela que j'ai de moins en moins envie de faire de la photo d'actualité. D'ailleurs, tous les photojournalistes vous le dirais, on ne gagne sa vie correctement qu'avec une solide base d'archives.
Finalement, être sur l'évènement, le couvrir, photographier ce qu'on voit et avec un oeil particulier de photographe professionnel, a quoi ca sert ... n'importe quel editorialiste va piocher dans une base de données en tapant des mots clés, rajouter la légende dont il a besoin et envoyer la photo ... faire la une de libé c'est bien, faire la une de libé avec une photo en rapport avec l'évenement c'est mieux, mais c'est rare ... trop rare ...

Écrit par : PhilS | 22/04/2008

Moi je lis dans ce visage un manque de sang-froid.

Écrit par : Fran | 22/04/2008

On sait aujourd'hui que Scorcese a eu peur de brûler Mick Jagger sous ses projecteurs puissants, donc plus généralement que les gouttes de sueur ici ou là proviennent d'avantage d'une cause externe que d'une cause interne. Les projecteurs sont dirigés sur Sarkozy, il goutte!!

Écrit par : indfrisable | 22/04/2008

Tout à fait juste, ce questionnement se pose en permanence dans notre "monde de l'image" et je suis souvent agacée par ces facilités. Cela étant, ils ont été gentils à Libé : imaginons qu'ils nous montrent un président rigolard, ironique, ou arborant son "regard de velours" compassionnel trahissant une totale hypocrisie (le registre de son expressivité est tellement riche...), et le résultat eût été explosif !

Écrit par : sophie M | 23/04/2008

Personnellement, je pense qu'à chaque fois que l'on montre la photo de Sarkozy dans l'optique de lutter contre sa politique ( comme essaie de le faire Libé , mais je ne suis pas sur de l'objectif de Libé dans ce cas), c'est contre productif. Cette photo le montre en train de souffrir, or ce n'est pas vrai. Il ne souffre pas Sarkozy, c'est les victimes de sa politique qui souffrent le plus. C'est eux dont il faudrait montrer l'image. C'est simple l'image du cadavre d'un sans-papier ayant sauté du quatrième étage par exemple !! Ou d'un malade victime des restrictions budgétaires dans la santé.

Écrit par : Yenayer | 23/04/2008

Je suis d'accord, mais pour moi il y a aussi le truc que...

...nos réactions intellectuelles sont toutes conditionnés, d'une manière ou d'une autre et plus ou moins puissamment. En l'occurrence notre regard et l'opinion qu'on se fait d'une photo de Sarkozy, aussi expressive soit elle, ne dépend pas seulement de l'expréssion du sujet ainsi que du montage et des commentaires qui y sont ajoutés, mais aussi du positionnement que chacuns adopte face à ce personnage.
Par exemple, vous pouvez toujours mettre un fond rose sur un portrait de Mussolini, la réaction générale resteras la même. "Mussolini est un salaud", c'est la première chose qui continuerais de nous venir à l'esprit.

Je veux dire par là que on aurait pus me mettre le même portrait de Sarko, avec comme légende: "sarkozy ou l'abnégation à l'état pure", j'aurais quand même penser en voyant ce visage de conquérant, "ce mec est une merde". Je suis conditionné très anti-sarkozy, car il représente l'opposé total de mon système de valeurs, ça pourrait paraître presque naturel. On peut monter les choses autant qu'on veux, la propagande à aussi ses limites.
Quand quelqu'un ment ça se voit toujours un petit peu. Je pense que pour les photos c'est pareil. La preuve, c'est que personnellement et je ne pense pas être le seul, je n'accorde aucune attention particulière à ce genre de portraits "trop bons pour l'occasion".
En tout cas je suis bien d'accord avec Yenayer et en plus y'en a tout simplement plein le *** de voir sa sale gueule à ce rat.

Écrit par : plop | 23/04/2008

équation finale du journaliste face à l'image (photograhique) : voyez vous ce que je veux dire ?

Écrit par : dd2g | 23/04/2008

depuis que vous etes au gouvernement vous avez mis la france en faillite ;;pour un avocat vous n'avez rien fait de beau a par vos taxes tout les augmentations et votre gouvernement pas unde valable nous les femmes nous savons mieux geree que les hommes si vous etes passes c'est grace a cecilia elle etait tres capable

Écrit par : AMARYS | 19/11/2008

Il me semble que c'est une quelque sorte de "ready-made", quand on prend, par exemple, deux objets des natures différentes en créant un entier bien uni. Une seule divergence entre mon idée et l’article présenté est que le résultat est évident et bien attendu et non spontané et choquant comme il est dans le cas du ready-made. La quête de telles correspondances est un nouvel mot dans l'art polygraphique, surtout si on imagine au lieu de Nico l'emoticon qui correspond;-) Un bonne croisade.

Écrit par : Harry - Mp3 | 23/12/2008

Bravo pour ton blog et longue vie

Écrit par : emoticones animés msn gratuit | 21/01/2010

Excellent, j'ajoute votre blog à mes favoris. J'attends avec impatience la suite !

Écrit par : julie | 28/02/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu