Avertir le modérateur

23/02/2008

L'info peut-elle séduire?

5940357782494b8c42e388a7b5939162.jpgDans le ronron du petit écran, il en faut peu pour secouer la routine. Comme l'apparition dans la lucarne du 13h de France 2 du visage de Sophie Le Saint. La journaliste qui officie depuis 1998 sur Télématin a eu droit à un remplacement à l'occasion du week-end.

Mais la surprise ne vient pas de ce chassé-croisé. Elle vient de l'impression qu'il n'est pas si fréquent de voir une aussi charmante jeune femme occuper le siège de présentateur des grands-messes de la télévision publique. Et du lien qu'on ne peut manquer de faire avec les nouvelles habitudes des chaînes tout-info, qui misent volontiers sur les plus jolis minois pour conforter l'audience. Il est difficile de l'exprimer sans manquer de respect aux titulaires habituels du poste sur France 2, mais en voyant Sophie Le Saint, on ne pouvait s'empêcher de se dire: tiens, où suis-je?

Faut-il un visage grave pour introduire aux désordres du monde? Pas forcément. Mais l'alliance de la séduction et de l'information a toujours constitué un compromis difficile à gérer et peut-être à accepter pour les professionnels. Si le journal Le Monde n'a admis qu'en 1995 d'ouvrir ses colonnes à la photographie, c'est pour la raison précise que l'image était réputée plus frivole et aurait porté atteinte à la réputation de sérieux du quotidien de la rue des Italiens.

Un affrontement qui dure depuis le début du XIXe siècle, au moment de la création des premiers journaux illustrés - qui ne pouvaient s'adresser, disait-on, qu'à un public d'analphabètes, tandis que les décideurs savouraient les austères colonnes de texte en petits caractères de la presse digne de ce nom.

Reverra-t-on Sophie Le Saint à 13h ou à 20h? On le lui souhaite, et les audiences du week-end fourniront des indications qui seront probablement regardées à la loupe dans les étages directoriaux. Mais il est à craindre que ce choix, s'il est fait, ne le soit pour de mauvaises raisons. Est-ce pour ses compétences que la journaliste sera retenue, ou comme un moyen de freiner la chute constatée, partout dans le monde, de la consommation de l'information sur les chaines généralistes?

Commentaires

Résumons-nous André : faut-il cacher ce sein ou montrer Le Saint ? Tu sais qu'il faut des messages clairs... Blague à part, je me souviens de l'arrivée d'une charmante petite présentatrice de JT aux cheveux courts, à Télématin, en remplacement de quelqu'un d'autre (mais quel était son nom déjà... mince, je n'ai plus l'info). C'était il y a quelques temps déjà. William Leymergie, la découvrant lui aussi apparemment, lui avait lancé en fin de JT, tout sourire : "je vous trouve vraiment... sympa !". Et par la suite également, à chaque fin de JT qu'elle présentait, le téléspectateur pouvait voir un William en plein petit faible...

Écrit par : Erwan | 25/02/2008

Il me semble que dès 1986 sans doute avant, Michel Guerrin s'occupait de la photographie, il était SR, si je me rappelle bien. En tout cas, en tant que photographe , j'ai eu mes premières piges avec le monde dès 1986, bien avant 1995. Certes la photographie en noir et blanc était utilisée au début dans un supplément illustré avec de grandes ouvertures, mais déjà Le Monde avait entamé sa révolution photographique, non sans contrainte, discussion mais il faut reconnaitre à Michel Guerrin de l'avoir toujours défendue. Et là je ne veux pas rentrer dans une polémique déjà largement nourrie dans l'autre blog d'A. G.
Quoique je trouve curieux cette "distance" entre photographe professionnel, critique, historien, d'autres encore: les professionnels de la photographie sont de plus en plus nombreux. Tous passionnés mais chapellisés.

Écrit par : ©PERENOM | 26/02/2008

Le Monde recourait à la photo de façon économe et discrète avant 1995, mais il faudra attendre la nouvelle maquette pour que cette présence soit vraiment assumée et revendiquée - les propres éditoriaux du journal en attestent. Le rôle de Michel Guerrin est incontestable, mais rappelons également qu'il y a une dimension économique à ce choix, de la part de Colombani, à un moment où le quotidien avait commencé à perdre des lecteurs.

Voir notamment: Jean-François Tetu, Un nouveau "Monde". Les transformations d'un journal quotidien
http://archives.univ-lyon2.fr/201/2/tetu_09.htm

Écrit par : André Gunthert | 26/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu